Conseil administratif : soutenir l'économie locale par des actes

A l'invitation de la NODE (Nouvelle Organisation Des Entrepreneurs), j'ai expliqué ma vision en matière de soutien à l'économie en général et aux commerces locaux en particulier.

Bien que la Ville de Genève ait peu de compétences en la matière, elle peut faire beaucoup en matière de soutien à l’économie. L’accessibilité au commerce, la sécurité dans nos rues et la gestion de l’espace public en font partie. La Ville de Genève doit faciliter la vie des entreprises plutôt que de la compliquer. Ceci à l’aune de la pensée de Montesquieu qui disait que le commerce adoucit les mœurs.

En termes de mobilité, je suis favorable à favoriser autant que possible l’accès aux commerces. Notamment par la mise à disposition de places de parkings en suffisance comme dans le cadre du projet Clé-de-Rive que j’ai soutenu au Conseil municipal.

A mon sens, l’attractivité d’une Ville passe aussi par le fait de se sentir en sécurité. Raison pour laquelle je propose la mise en place d’une police coordonnée entre la Ville et l’Etat, respectivement d’augmenter les compétences des Agents de la Police Municipale (APM) afin de mieux lutter contre l’insécurité. Et de renforcer ensuite la présence policière dans les rues de Genève.

Sur le plan fiscal, je suis en faveur de la suppression de la taxe professionnelle inhibitrice d’emplois ou tout au moins de son dégrèvement. Je propose aussi d’améliorer les conditions-cadres pour l’accueil d’entreprises via, par exemple, la mise en place d’un guichet unique qui permettrait de simplifier les démarches administratives.

Je juge également nécessaire et urgent de revoir le Plan d’utilisation du sol (PUS). Pour cette raison, j’ai déposé au Conseil municipal (PRD-168) un projet visant à assouplir celui-ci.  Soit d’introduire une possibilité de réversibilité dans certaines situations, vu qu’aujourd’hui, un changement d’affectation ne peut avoir lieu qu’une seule et unique fois.  Cela offrirait une vision à plus long terme et permettrait de s’adapter aux besoins des quartiers, en perpétuelle évolution.   L’animation et l’attractivité des quartiers, voulues par les PUS, ressortiraient ainsi renforcées.

Par ailleurs, nous devons améliorer et renforcer les passerelles avec l'économie sociale et solidaire (ESS). Par exemple en encourageant la mise en place d'une économie circulaire favorisant la diminution de l’utilisation des ressources, l'optimisation de leur durée de vie, avant d’envisager le recyclage de leurs composants. Et de commencer à réfléchir à la transition vers l’économie de demain tout en protégeant nos commerces locaux de la concurrence déloyale des GAFA. Je m'engage ainsi pour une Ville prospère et dynamique.

Les commentaires sont fermés.