30/08/2017

Budget municipal 2018 : non au déficit politique

Le PLR Ville de Genève s'opposera fermement au budget municipal 2018 qui prévoit un déficit de 20 millions. Surtout, il dénonce le double discours du Conseil administratif qui continue à affirmer qu'aucune économie n'était nécessaire dans le budget.

Alors que les citoyens de la Ville de Genève sont appelés aux urnes le dimanche 24 septembre pour décider d'économiser ou non 2.4 millions de francs, le Conseil administratif affirme à cor et à cri qu'elles ne sont pas nécessaires. Dans le même temps, il présente un budget déficitaire pour un montant 8 fois supérieur. De qui se moque-t-on?

Non content de mentir à la population à travers une brochure de vote tronquée et partiale, le Conseil administratif poursuit sa fuite en avant en demandant au Conseil municipal d'avaliser un budget déficitaire. Ce qui est en totale violation de l'article 98 alinéa 1 de la Loi sur l’administration des communes (LAC) qui stipule que le budget de fonctionnement de la commune doit être équilibré.

Aujourd'hui, le Conseil administratif est face à ses responsabilités. Soit de trouver les économies nécessaires pour un budget équilibré comptablement et politiquement. Et donc de travailler enfin avec la majorité de droite du Conseil Municipal qui s'est battue sans succès pour prévenir une telle situation. Pour rappel, les dépenses de la Ville de Genève ont augmentée de 110 millions (+10.34%) depuis 2007 sans conséquence visible, bien au contraire, sur la qualité de vie de la population.

Alors que le PLR Ville de Genève réclame depuis des années une maîtrise des charges, seule approche possible pour assurer des prestations durables et des finances saines à la Ville de Genève. Il appelle le Conseil administratif à retirer son projet de budget et à présenter dans les meilleurs délais un budget équilibré qui n'augmentera pas une dette qui s'est déjà creusée de 100 millions depuis 2010.

Le PLR Ville de Genève s'opposera par tous les moyens, si besoin par les urnes, à un budget déficitaire pour la Ville de Genève. En attendant, il invite la conseillère administrative Sandrine Salerno à se concentrer davantage sur ses fonctions actuelles, soit doter la municipalité d'un budget équilibré, plutôt que de sa candidature au Conseil d’État.

27/08/2017

Votation municipale : non à une brochure de vote tronquée

Alors que la population est appelée aux urnes le 24 septembre sur la question du budget 2017 de la Ville de Genève, l'Entente municipale (PLR-PDC) a pris connaissance avec tristesse de la brochure de votations (voir ici) rédigée par Monsieur Rémy Pagani, maire de Genève avec le soutien du Conseil administratif.

Dans le cadre de ses fonctions de maire, le Conseiller administratif Rémy Pagani affirme qu'il ira s'assurer du respect des droits de l'homme dans plusieurs pays du monde, par exemple la Colombie, nous ne pouvons ainsi que l'inviter à s'assurer du respect de la démocratie et de la libre opinion politique en Ville de Genève plutôt qu'à s'en mêler dans le reste du monde. Car comment peut-on prétendre faire ceci dans le monde entier lorsqu'on viole allégrement les droits de la majorité politique du Conseil Municipal de sa propre commune?

A cet effet, nous ne pouvons que regretter l'attitude de Rémy Pagani qui semble une nouvelle fois oublier qu'il est censé représenter l'ensemble de la population et pas seulement son parti politique. L'Entente municipale (PLR-PDC) déposera donc un recours devant les tribunaux pour contrer cette tentative malheureuse d'induire en erreur les électeurs mais qui montre bien la faiblesse de Rémy Pagani sur ce dossier. Faute de quoi il ne tenterait pas de tronquer la prise de décision populaire.

Le texte, rédigé par ma collègue Marie Barbey et moi-même, qui avait été proposé au Conseil administratif par le bureau du Conseil municipal, était au contraire équilibré. Raison pour laquelle une majorité dépassant le clivage gauche-droite l'avait approuvé. Chaque camp avait une place équitable et, surtout, permettait aux citoyens de se faire une opinion impartiale de manière juste et honnête.

Au final, c'est la même personne qui aura rédigée la synthèse brève et neutre, le commentaire des référendaires ainsi que le discours de la majorité du Conseil municipal. Avec un petit problème au passage, le fait que c'est un membre du  comité référendaire (Rémy Pagani - voir ici) qui aura écrit le point de la vue de la majorité de droite du Conseil municipal dont il ne fait évidemment pas partie. Mais de qui se moque-t-on? A plus forte raison lorsqu'on voit que la place accordée aux référendaires est largement supérieure dans la brochure.

Au surplus, malgré plusieurs courriels depuis début août, le maire Rémy Pagani n'a pas daigné informé quiconque de cette décision prise de manière unilatérale. Espérant sans doute nous mettre devant le fait accompli comme il l'avait fait à l'époque de la votation municipale "Sauvons nos parcs aux bords du lac" en 2010 (voir ici). Ce qui est inacceptable et problématique.

Vous pouvez retrouver ici le communiqué de presse de l'Entente municipale PLR-PDC.