05/02/2014

Naxoo : Décodage d'un dossier miné et d'un référendum biaisé

Dans quelques jours, soit le 9 février 2014, les habitants de la Ville de Genève auront à se prononcer sur la vente de Naxoo à la société UPC Cablecom par leur bulletin de vote.

Pourtant, alors même que le processus démocratique qu'est le référendum n'a pas atteint son terme, la même société UPC Cablecom a écrit à la clientèle de Naxoo en Ville de Genève qu'elle reprend la fourniture des services de TV numérique. Cela au mépris le plus total de la démocratie mais avec la bénédiction du Conseil Administratif de la Ville de Genève, par la voix de Sandrine Salerno, qui ne voit manifestement aucun problème (TdG du 3 janvier 2014 – voir ici) à violer le principe même du référendum qu'est le gel de la décision attaquée tant que la population ne s'est pas exprimée.

En autorisant le transfert du fichier client de Naxoo à UPC Cablecom, Sandrine Salerno a faussé l'ensemble du dossier en ne permettant pas aux différents acteurs de se prononcer sereinement, le tout en refusant d'assumer ses actes vu qu'elle a déclaré dans la presse (TdG du 11 janvier 2014 - voir ici) que "la période est mal choisie et l'action maladroite", elle a pourtant signé en mai 2013, en connaissance de cause espérons-le, une convention autorisant ce transfert de clientèle avec un calendrier précisant qu'il pouvait débuter dès novembre 2013.

Le pilotage politique désastreux de ce dossier va ainsi amener certains à voter non simplement pour montrer une mauvaise humeur bien compréhensible, ce qui ne doit pas faire oublier la question de fond : est-ce que Naxoo à un avenir s'il reste aux mains de la Ville de Genève ? La réponse est, hélas, négative, car non seulement le transfert de clientèle ne pourra pas voir de retour en arrière possible (sauf à payer des millions de francs que la Ville ne peut pas dépenser) mais la Ville de Genève se retrouvera aussi avec une société au bord du gouffre faute de posséder encore le nombre de clients nécessaires à sa survie future. Le maintien de l'emploi, comme celui de Naxoo en tant que tel, est ainsi tout sauf garanti en cas de refus de la vente devant le peuple.

Alors que l’initiative "Sauvons nos parcs" a été acceptée par une courte majorité de la population au mois de novembre 2013, le même front politique se dessine dans le dossier Naxoo avec le parti politique "Ensemble à Gauche" seul contre tous, et alors que ce précédent devrait inciter à une communication travaillée sur ce dossier, celle-ci se révèle totalement atone avec, en plus, une suite d'articles de presse qui montrent la gestion politique catastrophique de ce dossier par le Conseil Administratif et la magistrate en charge de ce dossier.

Bref, on voit que tous les ingrédients sont malheureusement réunis pour que la population refuse la vente de Naxoo, cela faute d'avoir voulu prendre les décisions qui s'imposent et qui, seules, permettaient de respecter le processus démocratique et de débattre de ce dossier avec toute la sérénité nécessaire. Par exemple en mettant fin, immédiatement, au transfert de clientèle entre Naxoo et UPC Cablecom jusqu'à la date de la votation et, ensuite, en faisant campagne de manière un peu plus sérieuse pour ce dossier plutôt que sur des objets fédéraux qui ne relèvent pas de la compétence du Conseil Administratif. Car si UPC Cablecom et Naxoo ont communiqué de manière catastrophique tout au long de la campagne, donnant ainsi du grain à moudre aux référendaires, la communication du Conseil Administratif dans cette campagne s'est révélée tout aussi mauvaise.

Que la population accepte ou refuse ce référendum, Sandrine Salerno aura des comptes à rendre pour son irresponsabilité politique dans ce dossier. Car si la vente est la seule issue pour donner un avenir à Naxoo, la manière dont le dossier est géré montre de plus en plus un amateurisme et un dilettantisme inquiétant à un tel niveau de responsabilité.

Commentaires

On se demande vraiment comment l'ex-mairesse peut gérer un dossier de manière autre que catastrophique... Rappelez-vous: les ressources humaines de la Ville de Genève, les licenciement de cols blancs de chez Merck Serono dont elle se fiche éperdument, une communication désastreuse de culte de la personnalité, sa lamentable défaite électorale de ces dernières élections mais, en dépit de tout, une auto-satisfaction permanente...

Lamentable en tout, finalement.

Écrit par : Déblogueur | 05/02/2014

La valeur de Naxoo, ses abonnés ou son réseau câblé ?

Dans le débat on entend toujours que la valeur de Naxoo c'est ses abonnés. Je ne suis pas un spécialiste des télécoms mais que vaut actuellement (et il y a encore 1 an avec le transfert) un abonné de Naxoo ? Certainement peanuts. En effet, un abonné maintenant qu'il y a une concurrence au câble (swisscom TV, p.ex.) est très volatile.

Par contre la valeur de Naxoo, et c'est pour cela qu'UPC est prêt à payer, c'est les kilomètres de câbles déjà posés dans les sous-sol de la Ville. Car poser de nouveaux câbles, c'est
1) des années de travaux pour arriver à connecter toutes les habitations
2) des millions de frais de travaux et de câbles.

Donc, même sans client Naxoo n'est pas une coquille vide car UPC payera les câbles ou les louera en cas de refus. En cas de refus, seul le personnel "commercial" sera menacé. Les techniciens eux seront toujours nécessaires pour l'entretien du réseau et les connexions à faire/défaire.

Écrit par : Philippe C. | 05/02/2014

Vous étiez pour la vente.
Maintenant que le vent tourne à cause d'UPC vous retournez votre veste.

Écrit par : mayer | 05/02/2014

Ce n'est pas le moment de tenir ce genre de discours de division. Votons tous unis pour la Vente de Naxoo!
OUI à une vente qui est la seule chance de développement pour l'entreprise et ses collaborateurs.
OUI à une vente qui permet à la Ville d'engranger une beau bénéfice tout en sortant d'une entreprise commerciale où elle n'a plus rien à faire.
OUI à une vente qui offrira aux citoyens de Genève une vraie alternative à Swisscom sur le triple play, comme c'est la cas ailleurs à la satisfaction de tous (sf des syndicats aux mains de Swisscom)

Écrit par : Lucide | 06/02/2014

On se demande quel peut bien être l'intérêt de ce genre de billet. Le but de votre parti n'est-il pas de réaliser cette vente? Oubliez-vous que Sandrine Salerno n'est pas la seule à vouloir cette vente, mais que le Conseil d'Administration de Naxoo, qui n'est pas verrouillé par la Gauche à ma connaissance, y est plus que favorable?
Cessons ces querelles politiciennes et ces mouvements d'humeur pour nous rappeler que tous les partis sont pour la vente, à l'exception de l'extrême gauche. Ce n'est pas en semant la dissension qu'on rejettera le référendum. Au contraire, vous faites justement le jeu d'EàG et c'est peut-être vous qui aurez des comptes à rendre...
Alors permettez-moi de rappeler l'essentiel: Il faut vendre Naxoo parce que c'est 1) mieux pour la concurrence et donc pour les usagers 2) parce que la Ville récoltera 58 millions qui pourront être utilement mis à profit.

Écrit par : Marcheur Solitaire | 06/02/2014

@ Mayer

Vous n'avez manifestement pas lu correctement mon texte, ni mes précédents billets sur le sujet.

J'ai toujours été en faveur de la Vente de Naxoo, et ce depuis le départ. J'ai aussi toujours été critique sur la forme de cette vente, et plus particulièrement sur la manière dont le contrat de vente a été négocié. Pour preuve, mes précédents billets de blog qui traitent du même sujet.

@ Lucile et Marcheur Solitaire (qui ne sont qu'une seule et même personne)

Vous avez posté, anonymement, deux commentaires disant à peu près la même chose à 30 secondes d'intervalles à 00:20, qui plus est avec la même adresse IP. Ce qui montre que vous n'êtes qu'une seule et même personne. Je suis ainsi au regret de vous dire que je ne suis pas dupe sur le caractère "commandité" du commentaire et vous invite donc à faire profil bas sur ce dossier.

Sur le fond, des milliers de nos concitoyens vont voter non à la Vente de Naxoo simplement par mauvaise humeur en raison de la communication catastrophique sur ce dossier.

L'argument qu'être critique sur la manière dont le contrat de vente a été négocié est faire le jeu des référendaires me fait ainsi doucement rigoler, car c'est justement en disant que tout a été fait juste et en refusant de reconnaître les erreurs qui ont été faites sur ce dossier que l'on pousse des gens à voter contre la vente, simplement par mauvaise humeur.

Admettre que tout ne se passe pas correctement, c'est enlever des arguments aux référendaires qui jouent uniquement sur le mécontentement de la population par rapport à la migration de la clientèle alors même que la votation n'a pas encore eu lieu. Et ce n'est pas en niant des problèmes existants et visibles qu'on va les résoudre ou les faire disparaître de l'agenda politique.

En dehors des affidés de Mme Salerno, personne ne peut dire que ce dossier a été géré correctement. Et si la droite municipale, l'Entente et donc le PLR sont en faveur de la vente, cela ne signifie pas que nous donnons quitus à la gestion et à la communication désastreuse de ce dossier.

Le Conseil Municipal s'est borné à dire oui ou non à une vente et, vous le savez très bien, n'a eu aucun moyen de contester les aspects problématiques du contrat de vente. Ce dernier, ainsi que le calendrier de la migration, est de la seule et unique responsabilité de Mme Salerno qui l'a seule négociée. Pour cette raison, ni mon parti ni moi-même n'assumerons des responsabilités qui ne sont pas les nôtres dans ce dossier.

Écrit par : Simon Brandt | 06/02/2014

Bravo M. Brandt, vous avez vraiment du courage ! Alors que la plupart des politiciens préfèrent cacher la vérité, vous avez au contraire le mérite de la dire...même si je suis aussi pour la vente de Naxoo, je ne comprends pas comment on peut transférer la clientèle avant le vote populaire et nous faire croire, comme certains, que cela n'a rien à voir.

Écrit par : marion | 06/02/2014

@Simon Brandt. SI mon ami et moi-même partageons le même ordinateur, c'est tout simplement parce que nous habitons ensemble. Si nous sommes souvent du même avis (c'est sans doute pour ça que nous sommes ensemble après tout), nous avons tout de même quelques différences de point de vue qui rendent notre vie intéressante. Quant à être "commandités", je crois que la parano vous gagne...
Sur votre réponse, je dois vous dire que je ne suis pas convaincue. Moi, je n'y vois que des arguties pour retomber très vite dans la politique partisane parce que ça doit vous faire bizarre que le PS soit du même côté que les partis bourgeois... :)

Écrit par : Lucide | 06/02/2014

Bonjour M. Brandt,

Bien que je sois contre la vente, je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites. Certe Mme Salerno a une énorme responsabilité dans ce dossier mais les élus du Conseil municipal. Si vous ne pouviez rien dire et que vous n'étiez pas d'accord sur l'ensemble du contrat de vente, il fallait refuser ce contrat en le renvoyant à la magistrate. UPC n'aurait pas eu d'autres choix que de revenir à la table des négociation.

De plus, et je viens de l'apprendre si la vente est refusée. Les contrats de services avec UPC courrent jusqu'en 2016. C'est à dire que Naxoo peut très bien à ce moment là changer de fournisseur. Mais c'est sur faudra avoir un CM qui a, je m'excuse du terme, les couilles de s'opposer à UPC.

Concernant les personnes qui disent que la tv, internet et la téléphonie ne sont pas du service public, peivent ils me dire pourquoi cela sont des services publics via les SIG mais que cela ne peut pas l'être via naxoo ?

J'ai du mal à comprendre. D'un côté faut surtout pas avoir cela dans le giron public et de l'autre oui... !

Écrit par : Bongiovanni | 07/02/2014

Les commentaires sont fermés.