22/11/2012

Qu'attend Naxoo pour améliorer son offre de base?

Alors que depuis plusieurs semaines, les offres en matière de TV numérique des deux principaux opérateurs de télécommunications suisses que sont UPC Cablecom et Swisscom TV se sont passablement étoffées, la société Naxoo (propriété à 51.1 % de la Ville de Genève) reste muette en ne donnant aucune information sur la réponse qu'elle entend donner à ce chamboulement de l'offre.

En l'état, toute personne ayant un abonnement DSL Swisscom pourra bénéficier de Swisscom TV gratuitement, idem pour tout abonné à l'offre de base d'UPC Cablecom qui a vu son nombre de chaînes augmenter drastiquement du jour au lendemain pour le même prix (voir les liens ci-après).

Ceci est inquiétant car si Naxoo n'adapte pas rapidement son offre, sa clientèle désertera en masse (lorsqu'elle le peut) pour lui préférer une offre de meilleure qualité, à un prix moindre, chez la concurrence. Pour preuve, les résultats suivants en comparant les offres d'entrée de gamme :

1) UPC Cablecom, 55 chaînes, connexion Internet de 2 Mbit/s, convertisseur gratuit pour les TV non-pourvues d'un récepteur numérique, pas de téléphonie.

Prix minimum : 26 francs par mois, source ici.

2) Swisscom TV, 60 chaînes, connexion internet de 5 Mbit/s (DSL Mini), boîtier compatible avec toutes les TV, téléphonie.

Prix minimum : 59 francs par mois, source ici.

3) Naxoo (022 TéléGenève SA), 38 chaînes, prix minimum : environ 26 francs par mois, source ici.

Si les offres de Swisscom TV et d'UPC Cablecom ne sont pas tout à fait comparables, en raison de la présence de la téléphonie dans l'offre de base de Swisscom TV, on peut cependant constater que dans tous les cas, Naxoo possède l'offre la moins intéressante, particulièrement par rapport à celle d'UPC Cablecom qui a davantage de contenu pour le même prix. Cela jusqu'à quand ? Car que l'on soit pour ou contre la vente de cette société, on ne peut que s'inquiéter de la potentielle perte de valeur de celle-ci en cas de baisse massive du nombre d'abonnés.

Ainsi, si Naxoo ne s'aligne pas rapidement sur les offres de la concurrence, deux scénarios sont possibles selon que l'on décide de vendre Naxoo ou non :

1) En cas de confirmation, une vente à un prix moindre qui fera rentrer moins d'argent dans les caisses de la Ville de Genève.

2) En cas d'infirmation, une société qui ne remplira plus sa mission de service public et finira par coûter davantage qu'elle ne rapporte faute de s'être adaptée aux réalités du marché.

Le Conseil Administratif de la Ville de Genève et le Conseil d'administration de Naxoo 022 TéléGenève SA doivent donc annoncer rapidement ce qu'ils comptent faire, car si l'offre de base de Naxoo ne se met pas très rapidement à niveau, il n'y aura plus d'autres choix que de vendre rapidement cette société avant que la quasi-totalité de sa clientèle n'ait choisie la concurrence, pour se retrouver au final avec une société ayant perdu toute sa valeur faute de s'être adaptée aux changements du marché.