05/07/2012

Pour que Genève accueille une ville-étape du Tour de France cycliste

Comme chaque année, le Tour de France cycliste s'est élancé sur les routes, et si nous pouvons suivre cet événement à la télévision et voir qu'il passera une nouvelle fois en Suisse cette année (8ème étape entre Belfort et Porrentruy qui aura lieu dimanche 8 juillet), force est de constater que Genève est encore une fois absente de la carte cycliste.

Le Tour de Suisse ne vient plus à Genève depuis des années, le Tour de Romandie environ tous les deux ans (2006, 2008, 2009, 2011), et le Tour de France me direz-vous ? Si en 2010 le Tour de France est passé à proximité de Genève, lors de sa 9ème étape entre Morzine-Avoriaz et Saint-Jean-de-Maurienne, il faut remonter à 1990 pour voir le Tour de France s'arrêter à Genève, alors ville d'arrivée de la 9ème étape qui était partie de Besançon (voir ici). Le Tour était ensuite reparti le lendemain, toujours depuis Genève, pour la Ville de Saint-Gervais-les-Bains puis le Mont-Blanc.

Cela fait donc maintenant 22 ans que le Tour de France ne s'est pas arrêté à Genève, faute de volonté politique de déposer un dossier de candidature, alors même que des villes comme Verbier en 2009 (15ème étape) ou Porrentruy, cette année, ont postulé avec succès pour accueillir une étape.

Quels seraient les coûts pour la collectivité publique ? Relativement faibles si l'on montait un dossier de candidature en partenariat avec le secteur privé ou des organismes comme Genève Tourisme. Le coût est ainsi de 50000€ pour accueillir un départ d'étape, 90000€ pour une arrivée et 130000€ pour être à la fois ville d'arrivée et de départ (les coûts sont en euro en raison de la nationalité de la société organisatrice qu'est Amaury Sport Organisation), si on y ajoute les coûts pour l'organisation en elle-même (fermeture de routes, pose de barrières, mise en place du dispositif de sécurité, etc), on arrive à un coût total oscillant entre 150'000 et 500'000 euros, soit entre 180'000 et 600'000 francs suisses au cours d'aujourd'hui.

Cette somme élevée, qui pourrait en grande partie être prise en charge par le secteur privé, doit être mise en relation avec le gain économique prévu qui est en moyenne six fois supérieur au prix que la ville paie pour recevoir le Tour. Tout d'abord, sur chaque étape, le public est évalué à 500'000 spectateurs dépensant en moyenne deux euros par jour qui alimentent directement l'économie locale. À cela s'ajoute les 4500 personnes de l'équipe du Tour qu'il faut nourrir et loger et qui sont donc orientés vers les hôtels de la région.

La Ville-étape bénéfice aussi des retombées médiatiques d'un événement qui est l'un des plus diffusés au monde, après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football, et qui permettrait à Genève et sa région de faire valoir leurs atouts touristiques et culturels.

Pour toutes ces raisons, j'ai déposé au Conseil Municipal un texte demandant d'étudier la possibilité que Genève dépose un dossier de candidature pour accueillir une étape du Tour de France cycliste. Cette motion qui porte le numéro 1027 est soutenue par l'ensemble des partis représentés au Conseil Municipal et se trouve ici.

Vous pouvez aussi trouver un article sur la victoire du coureur Suisse Hugo Koblet, entré en vainqueur dans le Stade de Frontenex, lors de la 22ème étape du Tour de France 1951 dont l'arrivée avait lieu à Genève. En attendant, peut-être, d'écrire un nouveau chapitre dans le futur ?

Commentaires

Pour être tout à fait juste, il faudrait prendre en compte les externalités générées par la manifestation, par exemple les heures de travail perdue par des employés bloqué dans les bouchons supplémentaire que créerait la manifestation.

De plus Genève compte déjà une fois par mois, plus précisément le dernier vendredi de chaque, une manifestation cycliste spontanée ... vaut-il donc la peine de dépenser autant d'énergie pour en ajouter à peine une de plus ?

Écrit par : Djinus | 05/07/2012

Je suis aussi en train de suivre le tour de france à la TV et je trouve que c'est une excellente idée, je me rappelle de cette arrivée à Genève dans les années 90 et me suis toujours demandé quand j'aurais le plaisir de revivre un tel événement...j'espère vraiment que cela aboutira...

Quand à comparer la critical mass et le tour de france comme le fait le commentaire ci-dessus, je trouve ça pathétique...

Écrit par : Claude | 05/07/2012

Il me semble que, vu l'état de notre ville, il serait judicieux d'accueillir le championnat du monde de cyclo-cross !!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 05/07/2012

chaque parlement compte toujour un ahuri qui prèche pour accueillir une grande messe sportive. Le célèbre M.Muller voulait les jeux olympiques. l'anonyme Brandt veut le tour de france en appuyant sa démarche par une démonstration fumeuse sur les gains. Allez demander aux hoteliers de Porrentruy ce qu'ils en pensent. De plus dans votre calcul vous omettez sciemment (je l'espère car autrement cela serait stupide) de calculer le cout économique d'une ville bloquée pendant au moins deux jours. Vous ne devez pas être à Genève quand il ya le tour de romandie!
et puis dépenser de l'argent public pour permettre hypothétiquement à quelques hoteliers et cafetiers de la vendre la bibine non merci

Écrit par : norbert.pralong | 05/07/2012

Pour Norbert Pralong,

Merci de relire la charte du site, notamment le passage sur la courtoisie,

Pour quelqu'un qui a siégé dans un Conseil Municipal, vous devriez savoir que dans ce cas là, une motion vise à étudier les tenants et aboutissants (prix, conséquences, etc) d'une telle candidature pour pouvoir ensuite juger sur pièces, quand on connaîtra l'ensemble des coûts d'un tel projet.

Quand on saura exactement les conséquences en terme financier et de mobilité, on pourra déterminer du bien-fondé. Pas avant.

Au fait, je suis à Genève à chaque Tour de Romandie, désolé pour le procès d'intention manqué.

Écrit par : Simon Brandt | 05/07/2012

Ma référence avec la critical mass se voulait évidemment humoristique ! Mais elle elle peut tout de même servir de référence pour les perturbations à prévoir si par hasard l'arrivée du tour de France devait avoir un vendredi en fin de journée !

Sur ce ... je file enfourcher ma petite reine.

Écrit par : Djinus | 05/07/2012

C'est terrible le nombre de frustrés qui viennent sur les blogs, comment on peut oser dire qu'on vend "de la bibine" sur le tour de france alors que l'alcool est proscrit dans les étapes d'arrivée ? Si vous savez pas de quoi vous parlez, abstenez vous de venir faire des commentaires!

On a jamais vu de problèmes d'alcool avec des spectateurs du tour de france, ce qui n'est pas le cas du football par exemple...

Les hôteliers de Verbier se félicitent encore de l'accueil de l'étape de 2009, faudra juste qu'on m'explique pourquoi tant de villes veulent accueillir une étape si cela apporte que des problèmes...quand le Tour était venu dans les années 90, personne ne s'était plaint de la fermeture, temporaire, de quelques rues...le cyclisme est aussi le seul sport de masse auquel on peut assister gratuitement, mais quand on se plaint de tout comme certains, on n'arrive sans doute pas à comprendre ce genre de choses...triste...

Écrit par : Claude | 05/07/2012

Les commentaires sont fermés.