08/03/2011

GSHC : Le danger de la rénovation de Rémy Pagani

Déjà responsable du fiasco de la rénovation de l'été 2009 qui a mis le GSHC dans une situation financière difficile, le magistrat en charge des constructions Rémy Pagani ne semble pas avoir appris de ses erreurs passées. Non seulement il continue à ne pas écouter les demandes du club et à faire des promesses en l'air mais il met maintenant clairement en danger la survie du club.

Non content de s'opposer à toute construction d'une nouvelle patinoire, Rémy Pagani propose maintenant une rénovation de la patinoire des Vernets sans vision d'ensemble ou concertation avec le GSHC. Dossier qu'il continue de gérer de manière absolument catastrophique.

Pour preuve le fait qu'il sera impossible de terminer les travaux qu'il a prévu pour le début de la saison 2011-2012, pour preuve que que Rémy Pagani rejette continuellement la responsabilité de l'absence de construction d'une nouvelle patinoire sur son collègue Manuel Tornare qui n'est, jusqu'à nouvel ordre, pas en charge du département des constructions et de l'aménagement.

Une analyse de la situation (court, moyen et long terme) permet pourtant de dégager le constat que la rénovation de la patinoire des Vernets doit répondre à 3 critères :

  1. Ne pas mettre en danger la construction de la nouvelle patinoire

  2. Maximiser les recettes de billeterie du club

  3. Être terminée pour le début de la saison 2011/2012

Si le projet «skybox» de Rémy Pagani répond au second critère, force est de constater qu'il met clairement en danger le projet de construction d'une nouvelle patinoire et ne pourra jamais être prêt pour le début de la saison 2011-2012 (soit le 15 septembre). Pour preuve le détail de la proposition que vous trouverez ici.

En effet, la durée des travaux (10 mois) fait que ceux-ci termineront, au plus tôt en février 2012, avec pour corrolaire une patinoire en chantier durant la majeure partie de la saison 2011-2012 et qui verrait la tribune principale être en bonne partie inutilisable. Bref, on voudrait chasser le GSHC de Genève que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

Le prix est également trop elevé et met en danger la nouvelle patinoire promise pour 2015, car comment justifier d'investir autant d'argent dans une infrastructure qu'on devrait quitter d'ici 4 ans ? La volonté cachée du projet «skybox» serait-elle de tuer (ou repousser aux calendes grecques) le projet de nouvelle patinoire ?

On peut le penser quand on entend le magistrat en charge des constructions, Rémy Pagani, répéter à longueur de temps que les genevois sont «attachés à l'actuelle patinoire». Et si on ajoute que le bureau d'architectes chargé de faire cette rénovation est le même que celui qui a rénové (très mal) la patinoire en septembre 2009, on est en droit de s'inquiéter.

Ainsi, Rémy Pagani n'a plus aucune crédibilité sur ce dossier, que ce soit par les promesses non-tenues, le refus de reconnaître ses erreurs ou encore son refus de s'engager pour une nouvelle patinoire. Le fait qu'il ait présenté son projet, en catastrophe, en novembre 2010 (avec demande de vote immédiat) montre d'ailleurs bien qu'il ne parvient pas à gérer correctement ce dossier.

Les commentaires sont fermés.