24/02/2011

GSHC : Apprenons des erreurs du passé !

Depuis maintenant deux ans, les Libéraux-Radicaux se battent au Conseil Municipal pour permettre la survie et le maintien du Genève-Servette Hockey Club (GSHC) à Genève. Dans ce combat (qui me tient énormément à coeur), j'ai constamment proposé des solutions pour sortir le club de l'ornière et corriger les erreurs passées dans la gestion de ce dossier.

A l'heure actuelle, il n'est pourtant plus temps de chercher des responsabilités sur les errements passés mais bel et bien de se projeter vers l'avenir, car c'est autant dans l'arène politique que sportive que se jouera le futur du GSHC.

Un bref rappel s'impose cependant. Après une rénovation d'un montant d'environ 10 millions de francs durant l'été 2009, la patinoire des Vernets correspondait encore moins qu'avant aux besoins du GSHC, notamment avec la diminution drastique du nombre de loges et de sièges VIP qui ont entraîné un gros manque à gagner pour le GSHC.

Fort de ce constat, le PLR proposait (sans succès) en novembre 2009 de procéder à une nouvelle rénovation de la patinoire, cette fois en concertation étroite avec le GSHC, qui permettrait de retrouver les aménagements VIP supprimés lors de la rénovation de l'été 2009.

Quelques mois et une finale de playoff plus tard, plus personne n'osait nier le problème, le Conseil Municipal accepta enfin de voter les mesures ad hoc.

Las ! Aucune rénovation d'envergure ne fut entreprise malgré le vote positif (mais tardif) du Conseil Municipal. Et ce sont même des sponsors privés qui finirent par faire le travail de la Ville et de Rémy Pagani en finançant la tribune VIP provisoire.

Ainsi, pour la deuxième année consécutive, l'infrastructure mise à disposition ne correspond pas aux promesses de la Ville. Raison pour laquelle le GSHC est en déficit structurel chronique depuis la rénovation de l'été 2009.

Pour résoudre tout cela, il est nécessaire d'opter pour une rénovation raisonnable et réaliste durant l'été 2011, qui permettra également de voter d'ici juin le crédit d'étude de la nouvelle patinoire, le tout pour un montant inférieur à 10 millions de francs, sinon l'on continuera à aller dans le mur sans apprendre des erreurs passées. Car si une nouvelle rénovation de la patinoire des Vernets est nécessaire, la construction d'une nouvelle infrastrucure l'est encore plus !

Ces propositions seront prochainement traitées (et proposées par le PLR) au Conseil Municipal, nous verrons alors qui prendra ses responsabilités quant au maintien et à l'avenir du GSHC à Genève. Et en cas de nouveau blocage d'une gauche qui a brillé par son absence totale de proposition dans ce dossier, les droits populaires que sont l'initiative et la pétition resteront l'ultime recours.

En espérant vous retrouver dans six mois dans une patinoire rénovée, et dans 4 ans dans une infrastructure toute neuve !

10/02/2011

GSHC : De quels problèmes financiers parle-t-on ?

Depuis la saison 2009/2010, le Genève Servette Hockey Club (GSHC) a un déficit d'environ trois millions de francs par saison. Ce déficit, qui a été constaté par les départements des finances de la Ville et du Canton lors d'un audit général des comptes du GSHC en mai 2010, est en grande partie due aux mauvaises rénovations de l'été 2009 à la patinoire des Vernets qui ont mis en péril l'équilibre financier du club. La question est donc de savoir comment y remédier.

A mon sens, et c'est quelque chose que je défendrai toujours, les pouvoirs publics (Ville et Canton) ont la responsabilité de donner au Genève-Servette Hockey Club (comme à tout club sportif drainant un public) une infrastructure fonctionnelle, ce qui dans le cadre du GSHC passe par la construction d'une nouvelle patinoire avec une nouvelle rénovation aux Vernets d'ici-là.

Ainsi, si en aucun cas l'argent public ne doit servir à financer le déficit fonctionnel d'un club. On peut financer les structures de juniors pour permettre au plus grand nombre de pratiquer un sport.

Pourquoi ces précisions ? Car actuellement, le GSHC a un déficit structurel engendré par la mauvaise rénovation de l'été 2009 (la Ville, propriétaire, a fait des travaux qui ont fait perdre de l'argent au GSHC car il y avait moins de places VIP à vendre). Le déficit actuel du club n'est donc pas causé par une mauvaise gestion mais par des travaux ayant «abîmés» l'infrastructure.

Pour moi, il doit y avoir une barrière étanche dans ce dossier en disant que l'infrastructure (et tout ce qui va avec) relève des pouvoirs publics (ici la Ville) alors que le fonctionnement relève du GSHC.

Malheureusement, en stipulant que le club doit payer lui-même une rénovation (voir billet précédent), le Conseiller Administratif Rémy Pagani fait tomber cette barrière étanche et au final, l'argent utilisé pour la pose de la tribune provisoire sera de l'argent qui n'ira pas dans les caisses du club. C'est bien ce qui s'est passé au final vu que le consortium de sponsors, ayant financé cette tribune provisoire, aurait tout aussi bien pu donner cet argent au GSHC directement.

Ceci est injuste, et incorrect, quand on sait que Rémy Pagani a déclaré à plusieurs reprises dans la presse que le GSHC n'avait pas de souci à se faire, vu que la Ville financerait ce déficit structurel. Ces propos, une nouvelle fois, ne seront pas suivi d'effet car il n'existe aucune ligne budgétaire à cet effet dans le budget 2011. La Ville ne financera donc pas le déficit structurel du club malgré les promesses (qui ne valent rien) de M. Pagani.

La solution pour sortir de tout ce bourbier ? Une construction rapide de la nouvelle patinoire avec d'ici-là une légère rénovation de la patinoire des Vernets, le tout en concertation avec le GSHC.

Et peut être un changement de majorité en Ville de Genève...