31/01/2011

GSHC : Quelle rénovation pour la patinoire des Vernets ?

Bien que le Conseil Municipal ait voté 2 motions en avril 2010, l'une sur le subventionnement de GFH (Genève Future Hockey) et l'autre sur une rénovation durant l'été 2010 des Vernets, de nombreux blocages sont survenus entretemps et mette en danger l'avenir du GSHC.

En effet, tant sur le subventionnement de GFH que sur la problématique de l'infrastructure (rénovation des Vernets et construction de la nouvelle patinoire), on ne peut que constater que les promesses d'hier n'ont pas débouchées sur des actes concrets.

Alors que la rénovation des Vernets avait été votée à la quasi-unanimité du Conseil Municipal, celle-ci n'a pas été effectuée correctement, pour la seconde année consécutive, car le club n'a pas retrouvé en septembre 2010 le même nombre de sièges VIP qu'avant la seconde phase de rénovation de 2009. Alors même que les textes votés le demandait noir sur blanc.

Comment cela est-il possible ? Tout simplement parce que les sièges VIP supplémentaires (qui passaient par la pose d'une tribune provisoire) n'ont pas été installés en raison du refus du magistrat Rémy Pagani de voir la Ville financer ladite rénovation. En contradiction totale avec la motion votée qui demandait expressément à la Ville de le faire.

Au final, c'est un consortium de sponsors privés qui a du financer cette tribune provisoire, qui a pu être posée en décembre 2010, et dont le retard de construction occasionnera plusieurs centaines de milliers de francs de pertes en billetterie. Et ce malgré un nouveau vote du Conseil Municipal soutenant (et finançant) la tribune provisoire en novembre 2010.

On croit rêver et on a encore pourtant rien vu, et on peut penser que l'avenir du GSHC va se jouer dans les mois à venir en raison de la dangereuse proposition consistant à faire une nouvelle phase de rénovation pour 14 millions, laquelle consisterait à installer des loges «skybox» en haut de la tribune provisoire. Ce qui est une proposition irréalisable et onéreuse.

Irréalisable en raison de la durée des travaux qui font que ceux-ci se termineraient, au plus tôt en février 2012, avec pour corolaire une patinoire en chantier durant la majeure partie de la saison 2011-2012 et qui verrait la tribune principale être en bonne partie inutilisable comme on peut le constater ici, en page 7.

Onéreuse car mettant en danger la nouvelle patinoire promise pour 2015, comment justifier d'investir autant d'argent dans une infrastructure qu'on devrait quitter d'ici 4 ans ? La volonté cachée du projet «skybox» serait-elle de tuer (ou repousser aux calendes grecques) le projet de nouvelle patinoire ? On peut le penser quand on entend le magistrat en charge des constructions, Rémy Pagani, répéter à longueur de temps que les genevois sont «attachés à l'actuelle patinoire».

La solution réside donc dans une rénovation moindre (4 millions) mais qui aura le triple avantage de maximiser les recettes de billetterie, d'être terminée pour le 1er septembre 2011 et surtout de ne pas mettre en danger la construction de la nouvelle patinoire. Cette rénovation, nous la proposerons prochainement au Conseil Municipal de la Ville de Genève et nous verrons alors qui prendra ses responsabilités quand au maintien et à l'avenir du GSHC à Genève.

29/01/2011

Renforçons la Police Municipale !

Depuis 2010, les communes genevoises ont la possibilité légale de développer des compétences de police de proximité au moyen d'agents en uniforme, notamment en ce qui concerne les incivilités, les infractions en matière de salubrité, ainsi que pour de nombreux actes de délinquance qui peuvent se produire dans les rues de Genève. Ces nouvelles compétences ont permis aux Agents de Police Municipale (APM) de voir leur efficacité augmentée pour assurer la sécurité dans les quartiers de la Ville de Genève.

Si beaucoup a déjà été fait, ces forces de police municipale, au nombre d'environ 100 agents répartis sur 5 postes de quartier en Ville, sont aujourd'hui nettement insuffisantes. Malgré cela, la majorité du Conseil municipal a refusé en décembre dernier au magistrat en charge de ce dossier, Pierre Maudet, la somme nécessaire pour engager 25 nouveaux agents, préférant la consacrer à des «médiateurs culturels», chargés d'assurer la sécurité dans les bibliothèques et les musées.

Cette décision, couplée à la tentative anti-collégiale d'un magistrat de faire voter sur le siège un règlement dilatoire et illégal, montre une nouvelle fois le déni de réalité de la majorité rose-rouge-verte sur les questions de sécurité publique. Cette tentative maladroite, qui montre la méconnaissance du travail de la police municipale de ses auteurs, n'était d'ailleurs qu'un écran de fumée destiné à masquer la décision de couper les postes de policiers municipaux.

Pour mettre fin à l'incurie en matière de sécurité publique dont fait preuve l'Alternative et dont la population devra une fois de plus supporter les conséquences, les Libéraux-Radicaux ont lancé une initiative populaire destinée à renforcer les effectifs de la Police Municipale. Celle-ci permettra de garantir une présence uniformée dissuasive et permettra à la police municipale d'atteindre un effectif substantiel lui permettant de continuer à diminuer concrètement l'insécurité ambiante.

Ce combat pour l'augmentation des effectifs et des compétences de la Police Municipale (anciennement Sécurité Municipale) n'est pas nouveau pour nous qui avons été les premiers à demander, en 2006, l'augmentation des compétences de ce qu'étaient encore les Agents de Sécurité Municipaux (ASM) malgré une opposition de la gauche, tant au Conseil Municipal qu'au Grand Conseil. On comprend ainsi mieux les récentes attaques contre la police municipale de la part d'une majorité qui s'est systématiquement opposée à l'augmentation de compétences des APM.

Par cette initiative, nous souhaitons donner à la population la possibilité de montrer son soutien envers une police municipale renforcée qu'ils ont toujours appelée de leurs vœux. La Ville a un rôle à jouer dans l'amélioration de la sécurité sur son territoire, elle doit simplement se donner les moyens de l'assumer ! Les Libéraux-Radicaux entendent les lui donner !

Vous trouverez ici le texte de l'initiative municipale demandant l'augmentation des effectifs des Agents de la Police Municipale.