29/01/2011

Renforçons la Police Municipale !

Depuis 2010, les communes genevoises ont la possibilité légale de développer des compétences de police de proximité au moyen d'agents en uniforme, notamment en ce qui concerne les incivilités, les infractions en matière de salubrité, ainsi que pour de nombreux actes de délinquance qui peuvent se produire dans les rues de Genève. Ces nouvelles compétences ont permis aux Agents de Police Municipale (APM) de voir leur efficacité augmentée pour assurer la sécurité dans les quartiers de la Ville de Genève.

Si beaucoup a déjà été fait, ces forces de police municipale, au nombre d'environ 100 agents répartis sur 5 postes de quartier en Ville, sont aujourd'hui nettement insuffisantes. Malgré cela, la majorité du Conseil municipal a refusé en décembre dernier au magistrat en charge de ce dossier, Pierre Maudet, la somme nécessaire pour engager 25 nouveaux agents, préférant la consacrer à des «médiateurs culturels», chargés d'assurer la sécurité dans les bibliothèques et les musées.

Cette décision, couplée à la tentative anti-collégiale d'un magistrat de faire voter sur le siège un règlement dilatoire et illégal, montre une nouvelle fois le déni de réalité de la majorité rose-rouge-verte sur les questions de sécurité publique. Cette tentative maladroite, qui montre la méconnaissance du travail de la police municipale de ses auteurs, n'était d'ailleurs qu'un écran de fumée destiné à masquer la décision de couper les postes de policiers municipaux.

Pour mettre fin à l'incurie en matière de sécurité publique dont fait preuve l'Alternative et dont la population devra une fois de plus supporter les conséquences, les Libéraux-Radicaux ont lancé une initiative populaire destinée à renforcer les effectifs de la Police Municipale. Celle-ci permettra de garantir une présence uniformée dissuasive et permettra à la police municipale d'atteindre un effectif substantiel lui permettant de continuer à diminuer concrètement l'insécurité ambiante.

Ce combat pour l'augmentation des effectifs et des compétences de la Police Municipale (anciennement Sécurité Municipale) n'est pas nouveau pour nous qui avons été les premiers à demander, en 2006, l'augmentation des compétences de ce qu'étaient encore les Agents de Sécurité Municipaux (ASM) malgré une opposition de la gauche, tant au Conseil Municipal qu'au Grand Conseil. On comprend ainsi mieux les récentes attaques contre la police municipale de la part d'une majorité qui s'est systématiquement opposée à l'augmentation de compétences des APM.

Par cette initiative, nous souhaitons donner à la population la possibilité de montrer son soutien envers une police municipale renforcée qu'ils ont toujours appelée de leurs vœux. La Ville a un rôle à jouer dans l'amélioration de la sécurité sur son territoire, elle doit simplement se donner les moyens de l'assumer ! Les Libéraux-Radicaux entendent les lui donner !

Vous trouverez ici le texte de l'initiative municipale demandant l'augmentation des effectifs des Agents de la Police Municipale.

Commentaires

Pauvre droite minoritaire ... vous n'arriverez à rien tant que la gauche sera majoritaire en ville de Genève.

Dommage !

Je vous écrit depuis la République Socialiste Soviétique de Vernier, je connait donc le sujet.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/01/2011

Vous avez raison M. Dimitriescu. D'autant plus qu'on ne peut même pas parler de vraie droite en ville de Genève. M. Brand écrit comme un politicien de gauche les "agent-e-s"...

QUand on adopte le langage de ses adversaires, c'est qu'on a été absorbé par eux...

Écrit par : Andres Gomez | 29/01/2011

Cher Monsieur,

Je n'utilise pas le terme "Agents" parce que j'ai décidé d'adopter le langage de mes adversaires mais parce que c'est la dénomination légale. Je n'utilise pas non plus le langage épicène...

Ainsi, nous sommes passés d'Agents de Sécurité Municipaux (ASM) à Agents de Police Municipale (APM). D'ailleurs, je me permets de vous informer que c'est moi, en avril 2006, qui a demandé que l'on adopte la dénomination de Police Municipale.

Quand au commentaire de Victor auquel vous faites référence, je n'ai pas l'impression qu'il m'accuse d'être un politicien de gauche...il regrette simplement, comme moi, que la droite soit (encore) minoritaire en Ville de Genève.

Écrit par : Simon Brandt | 29/01/2011

Je fais une hypothèse de travail : dans deux ans, Maudet est candidat au Conseil d'Etat et est élu.

Un nouvel élu de droite au Conseil d'administratif, disons Chevrolet, reprend le dicastère et doit gérer 125 policiers (qui devraient être armés d'après la candidate libérale, Mme Babel). Et là, je ne vous dis pas la catastrophe.

Pire, imaginez, que l'élu soit de la droite populiste, disons un représentant du MCG, parti des policiers. Même effroi.

Alors 100 policiers municipaux pour moi ça suffit. D'ailleurs, à part faire des tours en vélo dans les parcs, je ne les vois pas courser les joueurs de bonto.

Une centaine de nouveaux policiers cantonaux vont bientôt entrer en fonction. Faisons le bilan de cette équation (+ de policiers = + de sécurité). Si ce n'est pas le cas, qu'on augmente l'effectif et qu'on change les lois. Mais la guerre des polices : non merci! On voit les dégâts dans le canton de Vaud.

Je voterai PLR aux élections, mais pas votre initiative irresponsable.

Un conseil, arrêtez avec la sécurité, vous allez finir par nous faire perdre des sièges au détriment du MCG et de l'UDC. Concentrez-vous sur la fiscalité et l'anti-bureaucratie. Vous allez finir par vous planter une fois encore.

Écrit par : psenny | 30/01/2011

Tout à fait juste monsieur Brandt, je le regrette profondément, Genève mérite mieux !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/01/2011

@M. Brandt,
Je ne vous félicite pas d'avoir proposé le titre de "Agent de Police municipale" à une (très utile) corporation qui n'a pas fonction de Police.
Pendant ces générations il n'y avait qu'une police sur le territoire genevois et ainsi pas de confusion comme actuellement.

Écrit par : Ivan Skyvol | 30/01/2011

@ Ivan Skyvol :

Vous me comprenez mal, je n'ai pas proposé le terme "Agent de Police Municipale" mais celui de "Police Municipale".

Vous pourrez le constater ici :
https://www.ville-geneve.ch/conseil-municipal/objets-interventions/recherche-objets-interventions/?sdl_uid=4321&sechash=c31c790a

Le désir de cette dénomination n'est pas de créer une nouvelle guerre des polices mais simplement de donner une visibilité et une autorité que le terme d'Agents de Sécurité Municipaux ne donnait pas. De plus, si vous lisez la loi sur les Agents de Police Municipale (LAPM), vous constaterez qu'ils possèdent bel et bien des compétences de Police.

@psenny

Les APM sont en voie d'équipement d'un bâton tactique et rien de plus, il n'y a AUCUNE volonté ou projet de la part du PLR de les armer d'armes à feu ou quoi que ce soit d'autre. Il n'y a donc aucune guerre des polices à prévoir sur ce sujet car la motion ci-dessus avait été négociée tant avec le syndicat des Gendarmes (UPCP) que celui des APM.

Maintenant sur le fait de ne pas faire des propositions en matière de sécurité, je m'y refuse totalement, nous avons le devoir de répondre aux préoccupations de la population et dire que nous allons laisser des thèmes à d'autres partis ne serait rien d'autre qu'un acte de lâcheté.

Par contre, si vous êtes au courant de ce que propose l'UDC ou le MCGe pour améliorer la sécurité en Ville de Genève, cela m'intéresse car je n'ai (encore) vu aucune proposition ou projet à ce sujet.

Écrit par : Simon Brandt | 30/01/2011

Cher Monsieur Brandt, "agent-e-s" est "épicène".

Écrit par : Andres Gomez | 30/01/2011

Vous avez parfaitement raison, cela m'avait échappé (vous constaterez d'ailleurs que c'est la seule fois du texte).

Le texte a été modifié en conséquence. Mais bien que je sois un farouche opposant au langage épicène, je n'ai pas l'impression que cela affaiblissait le texte.

Écrit par : Simon Brandt | 30/01/2011

Motion, initiative, projet de loi, pétition ... La danse des petits pas continue et visiblement personne n'ose prendre le taureau par les cornes, saisir à bras le corps le problème de la sécurité et proposer un véritable programme,une doctrine cantonale, un projet à long terme pour retrouver et garantir la sécurité due aux genevois.

Entre de communes qui veulent garder une police municipale politiquement correcte, entre la Ville de Genève qui veut se doter d'une véritable police, lâchant peu à peu la proximité pour la répression, entre un canton qui n'a que trop politisé la gestion de la police, oubliant de laisser les professionnels gérer les problèmes sécuritaire, Genève s'enfonce, et les grands gagnants sont pour l'instant des partis aux idées extrêmes et .. les crapules qui polluent nos rues.

Minet.

Messieurs et Mesdames qui êtes engagés en politique, écoutez la rue, écoutez les professionnels du métier, écoutez et agissez sans attendre une année électorale, une de plus, une de trop ... !

Écrit par : Walter Schlechten | 30/01/2011

Cher Walter,

Je partage entièrement vos propos,

Sur le fait d'écouter les professionnels, je l'ai toujours fait et vous êtes bien placé pour le savoir étant donné que nous avions largement eu l'occasion de parler (et négocier) sur cette extension de compétences en 2006/2007.

Sur le fait d'écouter la rue, c'est justement la raison même de la politique : relayer les préoccupations de la population.

Vous connaissez mon email si vous souhaitez poursuivre cette discussion en privé. Mais je vous prie de croire qu'à mon niveau de responsabilité actuelle (conseiller municipal), je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour l'amélioration de la situation que vous décrivez.

Écrit par : Simon Brandt | 30/01/2011

Les commentaires sont fermés.