13/04/2008

Oui, la chasse aux dealers est une priorité !

On apprend dans le "Matin Dimanche" du jour que la Task Force Drogue (TFD) a vu ses effectifs réduits de près de 40% depuis janvier 2007, avec comme première conséquence un recul de 12% des arrestations sur la même période.

L'argument avancé pour justifier la réduction du nombre de policiers affectés à cette brigade est l’affectation de gendarmes pour la sécurité de l'Euro 2008, on peut cependant se poser des questions sur le caractère "temporaire" de la mesure qui a pris effet en janvier 2007, soit plus d'un an et demi avant le début de l'Euro, qui fait qu’on est en droit de s'interroger sur l’argument utilisé pour justifier le retrait de 7 gendarmes à la TFD.

Reste maintenant à espérer que les effectifs de la TFD seront remis à un niveau suffisant dés la fin de l’Euro, cela pour maintenir une pression forte sur le marché de la drogue mais aussi pour permettre aux policiers d’être en nombre suffisant pour faire face à tout type de situation lors de leurs interventions.

Comment comprendre cette décision quand on voit que le nombre de gendarmes déplacés constitue environ 1% de l’effectif total de la gendarmerie ? La marge de manœuvre est-elle si réduite ? Il serait ainsi injustifiable que l’effectif de la Task Force Drogue (TFD) ne soit pas augmenté après l’Euro…

La lutte contre le trafic de drogue doit être constante, continue et permanente. On ne saurait faire de quartier à l’insécurité aussi temporaire et minime soit-elle…la chasse aux dealers et la diminution de la criminalité ne doivent souffrir d’aucun répit dans un Etat de droit…

On peut aussi relever au passage que le problème est une fois de plus un souci d’effectifs, rappelons cependant que le budget actuel de la police permettrait déjà d’engager plusieurs dizaines de gendarmes supplémentaires mais qu’on n’en trouve pas du fait de la baisse d’attrait de la profession, des conditions de travail et du manque de soutien politique.

Que ce soit sur le plan des effectifs, de l’équipement ou de l’organisation, il est plus que temps de (re)donner à la police genevoise les moyens d’effectuer ses missions !

Commentaires

Ne faites pas semblant de tomber des nues, votre parti ne vaut pas plus que les autres lorsqu'il s'agit de donner des moyens à la police. Vous ne raisonnez qu'en terme de couts. Vous dites que le budget de la police permettrait l'engagement de plusieurs dizaines d'agents. Visiblement le budget des annonces d'offres d'emploi doit lui être dépassé au vu du nombre d'annonces...

Écrit par : salegueule | 13/04/2008

Cher Monsieur,

Mon parti a proposé divers projets pour améliorer le travail de la police genevoise, par exemple le doublement de la durée d'une interdiction territoriale de six mois à un an ou encore la constitution d'un commandement unique des diverses forces de sécurité (Police Judiciaire, Gendarmerie, Police de Sécurité Internationale, Agents de Sécurité Municipaux) lors d'événements exceptionnels.

Vous pouvez aussi lire dans des billets précédents que je parle souvent de cette problématique, je ne fais donc pas semblant de tomber des nues...

Par "moyens", on peut parler d'effectifs, d'organisation ou encore d'équipement. Ce que j'essaye de dire ici, c'est qu'on peut déjà augmenter les effectifs dans le budget actuel que nous avons voté et qu'il vaut donc mieux se concentrer sur le recrutement pour atteindre le plafond d'effectif et l'organisation (lois cadres, etc) pour améliorer le travail en l'état. Ceci même si l'effectif prévu actuellement par la loi serait insuffisant même au complet...

Enfin, je tiens à vous rassurer, je ne raisonne pas en terme de coûts sur tous les dossiers et spécialement sur ceux touchant la sécurité. On ne mesure pas le travail d'un gendarme ou d'un inspecteur de police à ce qu'il coûte...là aussi, je vous invite à lire certains de posts précédents...

Écrit par : Simon Brandt | 13/04/2008

@ Simon Brandt

Droite ou de gauche, il faut augmenter le nombre d'effectifs de la police, il faut avoir une présence sur le terrain. Il faut aussi investir dans la police de proximité pour prévenir au lieu de guérir.

Ouvrir à nouveau un dialogue entre la police et la population.

En tout cas, je suis pour une augmentation des effectifs pour une présence efficace. Pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec vous.

Que pensez-vous des îlotiers?

Avec mes meilleurs messages

P.S: Vous êtes pour ou contre la disparition de l'Alhambar? Je sais que Manuel Tornare et Sandrine Salerno le sont eux, je voulais avoir votre avis.

Écrit par : citoyensuisse | 13/04/2008

Cher Monsieur Brandt, une seule remarque quant à cet article et tant d'autres qui parlent de la même chose.
N'avez-vous pas la crainte qu'à force de parler de ce manque d'effectifs de la police, trop de délinquants le sachent et débarquent de + en + souvent à Genève, dorénavant ?

P.S.: une question personnelle; qu'allez vous pouvoir faire face à Sarah KLOPMANN ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/04/2008

Pour citoyensuisse,

Je suis pour le maintien de tous les lieux de vie et de convivialité au centre-ville, cela inclut donc un lieu tel que l'Alhambar ou encore le restaurant de l'UGS. Si malgré tout la Ville décide d'en fermer un, elle a le devoir de proposer quelque chose d'équivalent en échange. J'ai déposé une motion à ce sujet...

Sur l'ilotage, j'en ai souvent parlé au Conseil Municipal. Cela permet de désamorcer quantité de conflits en amonts et dans un monde idéal la police ne devrait faire que ça. J'ai fait diverses propositions pour l'améliorer, par exemple par la mise en commun des fichiers d'ilotage entre ilotiers ASM et gendarmes sur un même quartier. L'ilotage permet de tisser des liens sur un quartier et est donc à encourager et à renforcer.

PS : Vous voyez, un peu d'esprit constructif permet parfois de voir qu'on est d'accord malgré des clivages politiques et ainsi d'avancer :-)

Pour Victor,

Il est déjà criant que la police est en sous-effectifs. Ce qui est grave, ce n'est pas de le dire à haute voix mais de ne rien faire derrière pour changer la situation...

Pour votre seconde question, je vous répondrai de manière générale en vous disant que je me bats chaque fois que j'estime que la cause en vaut la peine et cela indépendamment de l'adversaire...

Écrit par : Simon Brandt | 13/04/2008

On ne peut tout simplement pas laisser se développer des zones de non-droit, au Jardin Anglais ou ailleurs. S'y résigner, c'est ouvrir un boulevard politique aux politiques nauséabondes de la droite populiste. Ils n'apporteront aucune solution concrète mais mettront un point de (dés)honneur à pourrir la situation et l'atmosphère politique.

Eloignement, détention ou expulsion. La politique d'intégration doit être généreuse pour ceux qui en ont la volonté mais pour les autres, on ne peut pas se permettre de laisser faire. Tout problème exige des solutions et à un prix. Le laisser perdurer en a un aussi, plus élevé encore.

Écrit par : Rolin Wavre | 14/04/2008

Bonjour,

Rien de tel qu'une "chasse aux dealers" pour donner, et se donner l'illusion d'agir efficacement sur un phénomène de société qui, en réalité, nous échappe, et ce d'autant plus qu'on persiste à prendre le problème à l'envers. En bref : tant qu'il existera une demande de drogue (donc, tant qu'il y aura des hommes), une offre se mettra en place pour la satisfaire. En interdisant l'usage et le commerce, l'Etat délègue aux trafiquants le contrôle d'une activité très lucrative (parce qu'interdite), que la plus répressive des politiques ne pourra jamais empêcher. En effet, l'appât du gain active bien plus largement la motivation et l'ingéniosité des trafiquants, que ne pourra jamais le faire une paie de fonctionnaire des stups, fut-elle substantielle. Un commerce réglementé vaudrait mieux qu'une lutte inefficace, et très onéreuse.

Écrit par : Raph | 21/04/2008

Avec la victoire de Zappelli, la population genevoise est assurée que la sécurité dans les rues est une priorité. Maudet a toujours agi dans ce sens. Qu'on se souvienne ses propositions pour que la Place des Volontaires (entre autres) re-devienne un état de droit!

Écrit par : Micheline Pace | 21/04/2008

Les commentaires sont fermés.