18/12/2007

La gauche se moque du contribuable et des générations futures !

La Ville de Genève est dotée depuis le samedi 8 décembre 2007 d’un budget, lequel permettrait de dégager un excédent de financement de 3 millions de francs qui seraient donc alloués au remboursement de la dette. Pourtant, on omet dans ce calcul la prise en compte d’une motion de l’Alternative voté hier (M-682 A) demandant expressément au Conseil Administratif de présenter une dépense extraordinaire de 5 millions de francs au début de l'année prochaine (mois de janvier).

Les 3 millions d’excédents ne suffiront pas à couvrir cette nouvelle dépense de 5 millions, le budget voté ne connaîtra pas d’excédent de financement et forcera donc la Ville à recourir à l’emprunt et à faire augmenter à nouveau la dette municipale d’au moins 2 millions de francs en 2008, sans compter les innombrables crédits extraordinaires coutumiers que la gauche ne manquera pas de voter en 2008 et qui alourdiront encore cette insuffisance de financement et creuseront davantage la dette municipale.

Il convient de rappeler que le budget voté par la commission des finances en octobre présentait un bénéfice de 44,2 millions et un excédent de financement de 15,3 millions. Ce dernier montant devait être alloué au remboursement de la dette. Or, le budget voté hier soir ne présente plus qu'un boni de  26,85 millions et une insuffisance de financement de 2 millions si on tient compte de cette motion M-682 A dont l'Alternative n'a pas eu le courage de faire inscrire la dépense inhérente au budget ! On voit donc que l’excédent budgétaire a fondu comme neige au soleil en 4 mois, victime de l’absence totale de responsabilités de l’Alternative qui non contente d’avoir voté un budget déficitaire 29.5 millions pour 2008, réussit le tour de force à changer un excédent de financement de 15 millions en une insuffisance de financement de 2 millions !

Que ce soit par l’augmentation du train de vie de la Ville, le maintien en dernière minute des prestations municipales OCPA qui revient à un transfert de charges et qui promet un réveil douloureux dès le début de l’année 2008, ou encore le versement d’une prime extraordinaire aux fonctionnaires municipaux sous la menace d’une grève, ce budget est celui de l’incohérence, du manque de courage mais aussi celui d’A Gauche Toute qui a réussi à imposer toutes ces exigences au reste de l’Alternative.

Refusant la conclusion d’un accord avec les Radicaux et éventuellement le centre afin de recréer au niveau municipal ce qui se fait au niveau cantonal, les socialistes et les Verts ont préféré le budget de l’irresponsabilité à celui du courage. A une vision du futur, ils ont préféré regarder vers le passé. Mais à trop vouloir éviter de relever les défis de l’avenir, on finit par devenir des partis dépassés…

Car cette  gauche fait preuve d'une irresponsabilité politique crasse en faisant augmenter la dette publique en période de haute conjoncture ! Et le réveil sera d’autant plus douloureux à la prochaine période de vaches maigres. Allons-nous continuer encore longtemps à vivre à crédit sur les générations futures ? Il est irresponsable et inacceptable que la Ville de Genève soit incapable de profiter de la conjoncture favorable pour se désendetter !