26/07/2007

Rembourser la dette, voilà du développement durable !

La Ville de Genève a une dette qui s'approche dangereusement des deux milliards de francs (1'938'000'000), et le seul paiement des interêts de celle-ci coûte 64 millions de francs par an. Or, n'en déplaise à certain(e)s qui affirment que la dette fait tourner les banques, cette situation est plus que dangereuse et va à l'encontre du développement durable.

Ce même développement durable dont tous les partis politiques se targuent de défendre et qui est le fondement de certains partis de l'Alternative qui semblent parfois oublier de passer aux actes dans les moments-clés.

Car qu'est-ce que le véritable développement durable ? C'est ne pas faire peser sur les générations futures les erreurs que l'on commet aujourd'hui. Et c'est donc cesser d'alourdir chaque année le déficit public, lequel s'est aggravé de 29'500'000 francs lors du vote du budget 2007 de la Ville de Genève.

Comme l'a dit Antoine de Saint-Exupéry et qui est devenu depuis un adage : "Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants". On ferait bien de l'appliquer en Ville de Genève...car qui sont les véritables créanciers des dettes d'aujourd'hui ? Les générations futures qui auront à les rembourser...

Qui risque d'hériter de collectivités publiques grevées de dettes ? La génération des 15-25 ans qui n'aura pas le droit à l'erreur si elle veut avoir quelque chose à léguer à la suivante...

C'est donc maintenant qu'il faut agir en commençant à rembourser la dette...

Et c'est ce que j'attendrai du budget 2008 de la Ville de Genève !

Commentaires

Je me permets de remarquer que vous considérez comme "adage" ce qui est en réalité une citation de St-Exupéry ("Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants"). Bien qu'à parcourir le net on trouve cette phrase, plus ou moins déformée, figurant comme un proverbe chinois, africain, ou citation d'un grand chef indien...
Toujours est-il que cela fait bien dans la bouche ou sous la plume d'un politicien, mais quand il s'agit d'actes concrets ou de décision, ces grandes idées sont souvent bien loin...
Je prends note de votre engagement à réduire la dette de la ville de Genève, et je vous en félicite. Cependant, j'ose espérer que vous garderez à l'esprit cette citation lorsque vous serez appelé à vous prononcer sur d'autres sujets, la mobilité par exemple.
Je trouve très bien que de plus en plus de partis intègrent le développement durable dans leurs programmes. Il reste à espérer que cela se traduira par des actes, ce qui serait profitable à tous. Je relèverai également que le fait que la plupart des partis commencent à parler de développement durable permet deux hypothèses :
La première serait de considérer cela comme de l'électoralisme de bas étage. Certains partis de gauche sont évidemment les premiers à le crier tout haut. Mais il faut bien se dire que les élus qui auront mis en avant cette thématique durant la campagne devront rendre des comptes et seront attendus au tournant par leurs électeurs (je pense notamment au niveau fédéral).
La seconde hypothèse consiste à voir dans cette appropriation de la thématique du développement durable une forme de reconnaissance qu'un parti comme les Verts, bien que souvent desservi par certains "idéologues", est sur la bonne route depuis de nombreuses années. Bien entendu, on ne leur accordera jamais explicitement d'avoir été précurseurs, mais au final qu'importe...

Écrit par : green rabbit | 26/07/2007

Saint-Exupéry ! Bien sûr ! La paternité qui lui revient là-dessus m'était sorti de la tête mais je viens de corriger. Un grand merci pour le rappel !

Sur le fait de garder à l'esprit cette citation pour d'autres sujets, je peux vous assurer que c'est le cas et que ça le sera encore demain...et même dans ma vie de tous les jours car je suis un piéton invétéré :-)

Écrit par : Simon Brandt | 26/07/2007

Les commentaires sont fermés.